Grec. Point 5 : l’indicatif présent, voix moyenne et passive

Rappel : la voix moyenne diffère de la voix passive pour le sens, non pour la forme.
Exceptions : le futur et l’aoriste.

Au présent, il faut ajouter au thème les désinences du moyen et du passif : μαι, σαι, ται, μεθα, σθε, νται.
http://anagnosis.org/gnosis/?q=node/50

Thèmes avec voyelle thématique

Grec. Point 6 : l'infinitif présent

L’infinitif définit « l’idée verbale pure ». Le mot grec qui se traduit par « infinitif » est ἀπαρέμφατος : « qui ne possède pas de signification accessoire » (J. Humbert). Ce n’est pas une forme très ancienne : elle suppose « des capacités d’abstraction qui vont de pair avec un certain développement intellectuel » (ibid.).

L’infinitif donne une fonction au verbe, comme s’il était un substantif. La plupart du temps, il s’agit d’une fonction sujet ou objet.

Les 240 verbes de base en grec

N.B. La colonne de gauche contient une majorité de formes simples, c’est-à-dire sans préfixes. Ce ne sont pas forcément les formes les plus fréquentes, mais le sens des formes composées peut être déduit, en général, du sens du radical et de celui des préfixes.
Seules les formes composées les plus fréquentes sont indiquées.


Grec. Point 8 : adjectifs, pronoms personnels et possessifs

Les adjectifs de la première classe, les pronoms et déterminants possessifs, les pronoms personnels

Les adjectifs se déclinent comme les noms, mais ils peuvent s’employer aux trois genres : masculin, féminin et neutre. Par conséquent, à quel(les) déclinaison(s) nominales empruntent-ils leurs désinences ?
Il faut distinguer trois « classes » d’adjectifs :

Grec. Points 1 à 8 : TEST

Réponses en bas de page

ÉLIEN (IIe-IIIe s. après J.-C.), Histoire variée. C’est à cause de sa coquetterie que Platon détestait Aristote !

Οὐκ ἠρέσκετο τῷ βίῳ αὐτοῦ ὁ Πλάτων οὐδὲ τῇ κατασκευῇ τῇ περὶ τὸ σῶμα.
ἀρέσκομαι (voix moyenne) : approuver, complément d’objet au datif
ὁ βίος (génitif βίου) : la vie
ἡ κατασκευή (gén. κατασκευῆς) : le soin

Grec. Point 9 : le futur

1. Les principes

Le futur sert bien sûr à l’expression de la postériorité ; mais il n’est pas éloigné, en grec, de l’expression d’un désir, d’une volonté, d’un projet. C'est pourquoi il se confond chez Homère avec le mode subjonctif. Les Grecs ne répartissent pas, comme nous, les temps verbaux sur une ligne chronologique ; chaque temps correspond à une manière de considérer le développement d’un fait, c'est-à-dire à un « aspect ».

Grec. Point 12 : l'imparfait

L'imparfait n'existe qu'à l'indicatif.
Son aspect est l'aspect "duratif", le même qu'au présent. Cette "durée" est celle d'une action relatée de l'intérieur, comme processus : "on s'intéresse au développement de faits passés" (J. Humbert), ce qui peut se traduire aussi par :

Grec. Point 13 : la 3e déclinaison (1e partie)

La troisième déclinaison (la dernière) présente des points communs et des différences avec les deux autres. Il faut d'abord retenir qu'il n'y a pas de voyelle thématique (ο, ε) : celle-ci est l'apanage de la 2e déclinaison, qu'on appelle "thématique" pour cette raison.

Au thème (qui se réduit au radical) s'ajoutent les désinences.

Pages

Desk02 theme