Vous êtes ici

Grec 28, lecture. Le temps, c'est de l'argent ! (Théognis de Mégare)

Cette réflexion poétique de Théognis de Mégare (VIe siècle avant J.-C., auteur d’élégies) sur l’argent et la dépense est aussi une méditation sur le temps.
Le début du poème, plus difficile mais intéressant, est traduit.

Ὅστις ἀνάλωσιν τηρεῖ κατὰ χρήματα θηρῶν,
Celui qui veille à la dépense, chassant (→ dépensant) selon son argent,
κυδίστην ἀρετὴν τοῖς συνιεῖσιν ἔχει.
est doté, aux yeux des hommes intelligents, d’une vertu très illustre.
Εἰ μὲν γὰρ κατιδεῖν βιότου τέλος ἦν, ὁπόσον τις
S’il était possible, en effet, de prévoir la fin de son temps de vie, avant qu’on
ἤμελλ´ ἐκτελέσας εἰς Ἀΐδαο περᾶν,
ne dût, étant parvenu au terme, passer dans l’Hadès,
εἰκὸς ἂν ἦν, ὃς μὲν πλείω χρόνον αἶσαν ἔμιμνεν,
il serait naturel que celui qui a attendu plus longtemps l’accomplissement de son destin
φείδεσθαι μᾶλλον τοῦτον, ἵν´ εἶχε βίον.
épargne davantage, dans la mesure de sa durée de vie.
Νῦν δ´ οὐκ ἔστιν. Ὃ δὴ καὶ ἐμοὶ μέγα πένθος ὄρωρεν
Mais cela n’est pas. Voilà qui me cause une grande peine,
καὶ δάκνομαι ψυχὴν καὶ δίχα θυμὸν ἔχω.
j’en ressens une morsure à l’âme, et mon esprit est divisé.
Ἐν τριόδῳ δ´ ἕστηκα. Δύ´ εἰσὶ τὸ πρόσθεν ὁδοί μοι·
À un carrefour je me trouve. Deux chemins s’offrent à moi :…
ἡ ἀνάλωσις la dépense
τηρέω-ῶ veiller à (+ accusatif)
θηράω-ῶ chasser noter le jeu de mots τηρεῖ / θηρῶν)
κύδιστος, η, ον très glorieux
οἱ συνιέντες : participe substantivé de συνίημι comprendre, être intelligent
ἔστι il est possible
Ἀΐδαο = Ἀΐδου, génitif d’ Ἀϊδης Hadès
ὁπόσον τις / ἤμελλ´ ἐκτελέσας εἰς Ἀΐδαο περᾶν (de prévoir) au terme de combien de jours (ὁπόσον) on (τις) doit (ἤμελλε, imparfait de μέλλω), ayant atteint l’âge de la fin (ἐκτελέσας), passer (περᾶν) dans l’Hadès (εἰς Ἀΐδαο)
ἵνα + indicatif : dans la mesure où (version Budé : ὅν, antécédent sous-entendu χρόνον)
ὄρωρεν parfait de ὄρνυμι, 3e pers. du singulier.
τὸ πρόσθεν devant


Suite du poème, à comprendre par soi-même :

… φροντίζω τούτων ἥντιν´ ἴω προτέρην·
ἢ μηδὲν δαπανῶν τρύχω βίον ἐν κακότητι,
ἢ ζώω τερπνῶς ἔργα τελῶν ὀλίγα.
Εἶδον μὲν γὰρ ἔγωγ´, ὃς ἐφείδετο κοὔποτε γαστρί
σῖτον ἐλευθέριον πλούσιος ὢν ἐδίδου·
ἀλλὰ πρὶν ἐκτελέσαι κατέβη δόμον Ἄιδος εἴσω,
χρήματα δ´ ἀνθρώπων οὑπιτυχὼν ἔλαβεν,
ὥστ´ ἐς ἄκαιρα πονεῖν καὶ μὴ δόμεν ᾧ κε θέλῃ τις.
Εἶδον δ´ ἄλλον, ὃς ᾗ γαστρὶ χαριζόμενος
χρήματα μὲν διέτριψεν, ἔφη δ´· « Ὑπάγω φρένα τέρψας· »
πτωχεύει δὲ φίλους πάντας, ὅπου τιν´ ἴδῃ.
Οὕτω, Δημόκλεις, κατὰ χρήματ´ ἄριστον ἁπάντων
τὴν δαπάνην θέσθαι καὶ μελέτην ἐχέμεν.
Οὔτε γὰρ ἂν προκαμὼν ἄλλῳ κάματον μεταδοίης,
οὔτ´ ἂν πτωχεύων δουλοσύνην τελέοις·
οὐδ´, εἰ γῆρας ἵκοιο, τὰ χρήματα πάντ´ ἀποδραίη.
Ἐν δὲ τοιῷδε γένει χρήματ´ ἄριστον ἔχειν.
Ἢν μὲν γὰρ πλουτῇς, πολλοὶ φίλοι, ἢν δὲ πένηαι,
παῦροι, κοὐκέθ´ ὁμῶς αὐτὸς ἀνὴρ ἀγαθός.
φροντίζω (v. 10) : ici « se demander », introduit une interrogation indirecte.
προτέρην (v. 10) = πρότεραν
εἶδόν (τινα) (v. 13)
κοὔποτε (v. 13) = καὶ οὔποτε (crase)
οὑπιτυχών (v. 16) = ὁ ἐπιτυχών (crase), « le premier venu »
δόμεν (v. 17) = δοῦναι
κε (v. 17) = ἄν
ᾗ γαστρί (v. 18) : ᾗ = possessif ὅς, ἥ, ὅν (son, sa)
ὑπάγω (v. 19) est au subjonctif.
ὅπου τινα (ἂν) ἴδῃ (v. 20)
ἐχέμεν = ἔχειν (v. 22)
(ἂν) ἀποδραίη (v. 25)
πένηαι (v. 27), forme sans contraction = πένῃ, verbe πένομαι
κοὐκέτι = καὶ οὐκέτι (crase)


Poème suivant, très lapidaire, sans doute écrit dans le sillage du précédent :

Φείδεσθαι μὲν ἄμεινον, ἐπεὶ σε θανόντ´ ἀποκλαίει
οὐδείς, ἢν μὴ ὁρᾷ χρήματα λειπόμενα.