Hommes et dieux (9) : « Comment Dieu peut-il faire l’objet d’une science ? » (saint Justin)

– « Θεὸν δὲ σὺ τί καλεῖς; ἔφη.
– Τὸ κατὰ τὰ αὐτὰ καὶ ὡσαύτως ἀεὶ ἔχον καὶ τοῦ εἶναι πᾶσι τοῖς ἄλλοις αἴτιον, τοῦτο δή ἐστιν ὁ Θεός. »
– « Mais toi, qu’appelles-tu Dieu? me demanda-t-il.
– Ce qui demeure toujours par les mêmes (moyens) et de la même manière, et qui est cause de l’existence pour tout les autres êtres: voilà ce qu’est Dieu. »

• τί: ne pas confondre τι indéfini et τί interrogatif. • ἔφη: imparfait de φημι, 3e p. sing. (1e personne ἔφην) • Τὸ ἔχον καὶ αἴτιον: substantivation d’un participe (celui qui…) et d’un adjectif, coordonnés par καί, et tous deux au neutre. • ἔχω + participe = εἰμι.

Οὕτως ἐγὼ ἀπεκρινάμην αὐτῷ· καὶ ἐτέρπετο ἐκεῖνος ἀκούων μου, οὕτως τέ με ἤρετο πάλιν·
– « Ἐπιστήμη οὐκ ἔστι κοινὸν ὄνομα διαφόρων πραγμάτων;
C’est ainsi, pour ma part, que je lui répondis; il prit plaisir à m’entendre, et me posa en retour cette question:
– « La science, n’est-ce pas un nom commun désignant des réalités différentes?

• ἀπεκρινάμην aoriste de ἀποκρίνομαι répondre (catégorie des verbes dont le radical se termine par λ, μ, ν ou ρ: aoriste en σα avec disparition du σ → ἀπεκρινάμην = * -νσάμην • αὐτῷ ≠ τούτῳ: ne pas le traduire par « à celui-ci » • ἐτέρπετο imparfait de τέρπομαι être charmé. Se rappeler que l’imparfait peut se traduire par un passé simple • ἀκούω + génitif: entendre, écouter quelqu’un • οὕτως τε: τε ici est coordonnant (« et »), une fois n’est pas coutume (comme en poésie + Platon et Thucydide) • ἔρομαι demander, à l’imparfait lui aussi (impossible de voir en ἤρετο l’imparfait de ἀράομαι adresser des imprécations: imparfait ἠρᾶτο)

Ἔν τε γὰρ ταῖς τέχναις ἁπάσαις ὁ ἐπιστάμενος τούτων τινὰ ἐπιστήμων καλεῖται, ἔν τε στρατηγικῇ καὶ κυβερνητικῇ καὶ ἰατρικῇ ὁμοίως. Ἔν τε τοῖς θείοις καὶ ἀνθρωπείοις οὐχ οὕτως ἔχει. Dans tous les arts sans exception, celui qui connaît l’un d’entre eux est appelé savant: dans celui de la stratégie, de la navigation et de la médecine semblablement. Dans les questions qui concernent les dieux et les hommes, il n’en est pas ainsi.

• ἔν = ἐν (accent d’enclise) • ἅπας tout sans exception, tout entier: composé de πᾶς, πᾶσα, πᾶν • ὁ ἐπιστάμενος participe substantivé « le sachant » → celui qui sait • τούτων génitif partitif complément de τινα • τινα indéfini τις (quelque, quelqu’un) à l’accusatif féminin singulier • ἐπιστήμων, ονος savant ≠ ἐπιστημῶν génitif pluriel de ἐπίστημη (le génitif pluriel est toujours périspomène à la première déclinaison !) • τε n’est généralement pas coordonnant, il annonce un 2e τε (et…et…) ou un καί • ὁμοίως suffixe en ως, adverbe de manière (ὁμοῖος semblable → ὁμοίως de manière semblable) • mettre de bonnes lunettes: θεῖος ≠ θεός, ἀνθρώπειος ≠ ἄνθρωπος • οὐχ = οὐκ devant esprit rude = οὐ • ἔχω + adverbe = εἰμι

Ἐπιστήμη τίς ἐστιν ἡ παρέχουσα αὐτῶν τῶν ἀνθρωπίνων καὶ τῶν θείων γνῶσιν, ἔπειτα τῆς τούτων θειότητος καὶ δικαιοσύνης ἐπίγνωσιν;
– Καὶ μάλα, ἔφην.
Est-ce une science, l’art qui offre une connaissance des choses spécifiquement humaines et divines, puis la connaissance précise de la divinité et de la justice de ces choses?
– Tout à fait, répondis-je.

• Ἐπιστήμη τίς ἐστιν: il s’agit de l’indéfini τις, mais il porte un accent d’enclise. • ἡ παρέχουσα: participe de παρέχω fournir, offrir, substantivé. Résister à la tentation de traduire par « Y a-t-il une science qui offre…? » • αὐτῶν τῶν ἀνθρωπίνων καὶ τῶν θείων complément de γνῶσιν • ἀνθρώπινος, η, ον = ἀνθρώπειος, α, ον humain • αὐτός lui-même, à améliorer (pour le clarifier) dans la traduction

– Τί οὖν; Ὁμοίως ἐστὶν ἄνθρωπον εἰδέναι καὶ Θεόν, ὡς μουσικὴν καὶ ἀριθμητικὴν καὶ ἀστρονομίαν ἤ τι τοιοῦτον;
– Οὐδαμῶς, ἔφην.
– Quoi donc? Est-ce la même chose de connaître l’homme et Dieu que (de connaître) la musique, l’arithmétique et l’astronomie, ou quelque chose de ce genre?
– Pas du tout, répliquai-je.

• τί: cette fois il s’agit de l’interrogatif • ὁμοίως ἐστὶν = ὁμοῖον ἐστίν • corrélation ὁμοίως ὡς: semblablement à • εἰδέναι savoir, infinitif de οἶδα savoir (parfait de *εἴδω voir, présent inusité en grec classique) • τι indéfini, à ne pas traduire par « n’importe quoi » ou « quoi que ce soit » (τις n’est pas ὁστισοῦν) • τοιοῦτος (neutre: τοιοῦτο ou τοιοῦτον) tel ≠ οὗτος ce, celui

– Οὐκ ὀρθῶς ἄρα ἀπεκρίθης ἐμοί, ἔφη ἐκεῖνος· αἱ μὲν γὰρ ἐκ μαθήσεως προσγίνονται ἡμῖν ἢ διατριβῆς τινος, αἱ δὲ ἐκ τοῦ ἰδέσθαι παρέχουσι τὴν ἐπιστήμην. – Donc tu ne m’as pas répondu comme il fallait, me répondit cet homme; car (parmi les arts) les uns nous viennent d’une instruction ou d’un travail, tandis que les autres, c’est par la vue qu’ils procurent la science.

• ἀπεκρίθης aoriste 2e sing. de ἀποκρίνομαι (voix moyenne) répondre • ἄρα donc ≠ ἆρα est-ce que • αἱ μέν… αἱ δέ… les unes… les autres…: désignent les connaissances (γνώσεις) • γίνομαι = γίγνομαι • ἐκ hors de + génitif • τοῦ ἰδέσθαι: infinitif substantivé (le fait de…) au génitif; ἰδέσθαι infinitif aoriste de ὁράομαι-ῶμαι, aoriste d’aspect. Ne pas confondre les formes de οἶδα et de ὁράω-ῶ : la grammaire Allard et Feuillâtre fait un point clair sur ce sujet.

Εἴ γέ σοι λέγοι τις ὅτι ἐστὶν ἐν Ἰνδίᾳ ζῷον φυὴν οὐχ ὅμοιον τοῖς ἄλλοις πᾶσιν, ἀλλὰ τοῖον ἢ τοῖον, πολυειδὲς καὶ ποικίλον, οὐκ ἂν πρότερον εἰδείης ἢ ἴδοις αὐτό, ἀλλ’ οὐδὲ λόγον ἂν ἔχοις εἰπεῖν αὐτοῦ τινα εἰ μὴ ἀκούσαις τοῦ ἑωρακότος.
– Οὐ γάρ, φημί.
Pour sûr, si l’on te disait qu’il existe un Inde un animal différent par sa forme de tous les autres, mais tel ou tel, compliqué et bigarré, tu ne le connaîtrais pas avant de l’avoir vu, mais tu ne pourrais pas non plus en dire un mot si tu n’en entendais pas parler → à moins d’en entendre parler par celui qui l’a vu!
– Non, en effet ! répondit-il.

• λέγοι optatif en conditionnel → potentiel: « disait » • τις sans accent, donc indéfini • quelqu’un • ὅτι que ou parce que, choisir le bon ! Et ne pas le confondre avec ὅτε quand • φυήν = φυή, à l’accusatif de relation • ὅμοιον (semblable à + datif) ne peut qualifier que ζῷον • τοῖος = talis (cf. τοιοῦτος plus haut) • πολυ·ειδής mot transparent, à décomposer (πολύς nombreux, εἶδoς apparence) • πρότερον… ἤ avant… de ≠ πότερον… ἤ est-ce que… ou (mettre de bonnes lunettes) • οὐκ ἂν εἰδείης optatif de οἶδα savoir avec ἄν (« tu ne saurais pas ») • ἴδοις optatif (par attraction modale) de ὁράω-ῶ voir • ἂν ἔχοις optatif avec ἄν de ἔχω qui avec un infinitif signifie « pouvoir » (οὐκ ἂν ἔχοις tu ne pourrais pas) • οὐδέ ici n’est pas une conjonction de coordination (il y a dajà ἀλλά mais), il signifie donc « non plus » • τινα détermine λόγον: « une parole » • εἰ μὴ ἀκούσαις optatif de ἀκούω, 2e personne du singulier: « si tu n’entendais pas »; une possibilité rétrospective se traduirait par l’imparfait (εἰ μὴ ἤκουες « si tu n’avais pas entendu ») • ὁ ἑωρακώς « celui qui (l’) a vu », participe parfait substantivé de ὁράω-ῶ, ici au génitif (ἀκούω + génitif entendre ou écouter quelqu’un)

– Πῶς οὖν ἄν, ἔφη, περὶ Θεοῦ ὀρθῶς φρονοῖεν οἱ φιλόσοφοι ἢ λέγοιέν τι ἀληθές, ἐπιστήμην αὐτοῦ μὴ ἔχοντες, μηδὲ ἰδόντες ποτὲ ἢ ἀκούσαντες; – Comment donc, dit-il, au sujet de Dieu les philosophes pourraient-ils avoir une idée correcte ou exprimer une vérité, sans en avoir la science ni l’avoir jamais vu ou en avoir entendu parler?

• φρονοῖεν optatif avec ἄν de φρονέω-ῶ penser, avoir une idée • λέγοιεν optatif avec ἄν de λέγω • ἀληθής, ής, ές « vrai », adjectif de la 2e classe (suit la 3e déclinaison exclusivement, voir πολυειδής plus haut) • participes ἔχοντες (présent de ἔχω), ἰδόντες (aoriste de ὁράω-ῶ) et ἀκούσαντες (aoriste de ἀκούω): tous trois au nominatif masculin pluriel, donc apposés à οἱ φιλόσοφοι • attention aux coordinations ! Μηδέ coordonne μὴ ἔχοντες et ἰδόντες ποτὲ ἢ ἀκούσαντες; ἰδόντες et ἀκούσαντες sont coordonnés entre eux par ἤ ou bien • μήποτε jamais → μηδὲ ποτέ et jamais

– Ἀλλ’ οὐκ ἔστιν ὀφθαλμοῖς, ἦν δ’ ἐγώ, αὐτοῖς, πάτερ, ὁρατὸν τὸ θεῖον ὡς τὰ ἄλλα ζῷα, ἀλλὰ μόνῳ νῷ καταληπτόν, ὥς φησι Πλάτων, καὶ ἐγὼ πείθομαι αὐτῷ. » – Mais, répondis-je, ce n’est pas avec les yeux précisément, mon père, que le divin peut être vu, comme les autres êtres vivants: il ne peut être conçu que par l’intelligence, comme le dit Platon, et pour ma part je le crois.

• ὁρατός adjectif verbal de ὁράω-ῶ voir, avec suffixe τος de possibilité • τὸ θεῖον ≠ ὁ θεός • καταληπτός adjectif verbal en ος de καταλαμβάνω • πείθομαι attention à la voix, donc au sens du verbe: πείθω actif = persuader / πείθομαι passif = être persuadé / πείθομαι moyen = faire confiance, obéir.