Hommes et dieux (7): « Non, je ne suis pas athée. » (Socrate)

Socrate répond à son accusateur Mélétos.

– Πρὸς αὐτῶν τοίνυν, ὦ Μέλητε, τούτων τῶν θεῶν ὧν νῦν ὁ λόγος ἐστίν, εἰπὲ ἔτι σαφέστερον καὶ ἐμοὶ καὶ τοῖς ἀνδράσιν τουτοισί. • πρός : tenir compte du cas. Ici « au nom de… » • αὐτῶν et τούτων : une bonne occasion de distinguer αὐτός et οὗτος ! • εἰπε : attention, λέγω « dire » ou « parler ». Ici, impératif aoriste. • σαφής, ής, ές clair • τουτοισί = τούτοις (avec ι déictique)
Ἐγὼ γὰρ οὐ δύναμαι μαθεῖν πότερον λέγεις διδάσκειν με νομίζειν εἶναί τινας θεούς – καὶ αὐτὸς ἄρα νομίζω εἶναι θεοὺς καὶ οὐκ εἰμὶ τὸ παράπαν ἄθεος οὐδὲ ταύτῃ ἀδικῶ – οὐ μέντοι οὕσπερ γε ἡ πόλις ἀλλὰ ἑτέρους, καὶ τοῦτ᾽ ἔστιν ὅ μοι ἐγκαλεῖς, ὅτι ἑτέρους, ἢ παντάπασί με φῂς οὔτε αὐτὸν νομίζειν θεοὺς τούς τε ἄλλους ταῦτα διδάσκειν. • μανθάνω apprendre ou comprendre (ἔμαθον, cf. mathématiques) • πότερον adverbe interrogatif, introduit une alternative articulée par ἤ (à garder à l’esprit !) • ἄρα ici ne signifie pas « donc » (une fois n’est pas coutume !) mais « certainement », « sans doute » • (τὸ) παράπαν tout à fait = παντάπασι plus bas • ἐγ·καλέω-ῶ porter plainte contre (+ datif), composé de καλέω-ῶ (ne pas confondre avec κελεύω ou κωλύω)
– Ταῦτα λέγω, ὡς τὸ παράπαν οὐ νομίζεις θεούς.
– Ὦ θαυμάσιε Μέλητε, ἵνα τί ταῦτα λέγεις; Οὐδὲ ἥλιον οὐδὲ σελήνην ἄρα νομίζω θεοὺς εἶναι, ὥσπερ οἱ ἄλλοι ἄνθρωποι;
– Μὰ Δί᾽, ὦ ἄνδρες δικασταί, ἐπεὶ τὸν μὲν ἥλιον λίθον φησὶν εἶναι, τὴν δὲ σελήνην γῆν.
• θαυμάσιος, α, ον admirable, étonnant, θαυμάζω s’étonner • μά + nom d’un dieu à l’accusatif : « par… » • ὁ δικαστής, οῦ le juge
– Ἀναξαγόρου οἴει κατηγορεῖν, ὦ φίλε Μέλητε; Καὶ οὕτω καταφρονεῖς τῶνδε καὶ οἴει αὐτοὺς ἀπείρους γραμμάτων εἶναι ὥστε οὐκ εἰδέναι ὅτι τὰ Ἀναξαγόρου βιβλία τοῦ Κλαζομενίου γέμει τούτων τῶν λόγων; • κατ·ηγορεῖν accuser + génitif. Retenir κατά + génitif « contre » (hostilité) ; même préfixe dans κατα·φρονεῖς (φρονέω-ῶ, φρήν, φρόνησις, φρόνημα) • ἄ·πειρος, ος, ος sans expérience (cf. πεῖρα expérience, πειράω-ῶ essayer, ἔμπειρος, ος, ον expérimenté, ἔμπειρία expérience, voir empirie, empirisme) • τὸ γράμμα, cf. γράφω • ὥστε à ne pas confondre avec ὥσπερ • εἰδέναι infinitif de οἶδα • γέμω être plein de + génitif

– Eh bien (τοίνυν), cher Mélétos, au nom de ces dieux eux-mêmes dont il est maintenant question, parle plus clairement encore, aussi bien à moi qu’à ces juges ici présents. En ce qui me concerne, en effet, je n’arrive pas à comprendre si tu dis que j’enseigne à croire qu’il existe des dieux – et, de fait, moi (αὐτός insistant), je pense qu’il y a des dieux, je ne suis pas du tout athée et ce n’est pas par là je suis coupable –, toutefois pas ceux précisément que la cité reconnaît, mais d’autres (c’est bien cela que tu me reproches: que j’en reconnais d’autres?), ou si tu affirmes que je ne crois pas du tout moi-même à l’existence des dieux et que j’enseigne cela aux autres.
– C’est bien cela que je dis : que tu ne crois pas du tout aux dieux.
– Merveilleux Mélétos, dans quel but dis-tu cela ? Est-ce que je ne crois pas que le soleil et la lune sont des dieux, tout comme les autres êtres humains ?
– Par Zeus! non, messieurs les juges, puisqu’il affirme que le soleil est pierre et que la lune est terre!
– C’est Anaxagore que tu penses accuser, mon cher Mélétos? Par ce procédé tu méprises ces gens et tu les penses illettrés au point d’ignorer que ce sont les livres d’Anaxagore de Clazomène qui sont pleins de ces théories ?