Hommes et dieux (4) : l’immortalité de l’homme, c’est la mémoire (Diodore de Sicile)

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique

1. Πάντες ἄνθρωποι, διὰ τὴν τῆς φύσεως ἀσθένειαν, • ἡ φύσις, εως • ἡ ἀ·σθένεια : cf. asthénie
2. βιοῦσι μὲν ἀκαριαῖόν τι μέρος τοῦ παντὸς αἰῶνος, • βιόω-ῶ vivre : cf. ὁ βίος (micro-be) • ἀ·καριαῖος, α, ον : très petit (ἀ·καρής trop petit pour être tondu κείρω!) • τὸ μέρος la partie • ὁ αἰών le temps, l’éternité
3. τετελευτήκασι δὲ πάντα τὸν ὕστερον χρόνον, • τετελευτήκασι sont morts (parfait de τελευτάω-ῶ) • πάντα τὸν χρόνον : accusatif de temps • ὕστερος, α, ον qui vient après, qui suit
4. καὶ τοῖς μὲν ἐν τῷ ζῆν μηδὲν ἀξιόλογον πράξασιν • τοῖς πράξασιν : pour ceux qui ont fait (participe substantivé) • ζάω-ῶ vivre, contraction δε αε en η : infinitif ζῆν • ἀξιό·λογος, ος, ον : cf. ἄξιος digne et λόγος
5. ἅμα ταῖς τῶν σωμάτων τελευταῖς • ἅμα ensemble, en même temps / prép. (en même temps que) + datif • ἡ τελεύτη l’achèvement (cf. τελευτάω-ῶ achever, finir, mourir, τελέω-ῶ accomplir, τὸ τέλος la fin)
6. συναποθνήσκει καὶ τὰ ἄλλα πάντα τὰ κατὰ τὸν βίον, • τὰ répété : κατὰ τὸν βίον est donc complément de ἄλλα πάντα
7. τοῖς δὲ δι´ ἀρετὴν περιποιησαμένοις δόξαν • ἡ ἀρετή la valeur, la vertu • περι·ποιέομαι-οῦμαι acquérir
8. αἱ πράξεις ἅπαντα τὸν αἰῶνα μνημονεύονται, • ἡ πρᾶξις (praxis, concept marxien fondamental), de πράττω, cf. τὸ πρᾶγμα • μνημονεύω se rappeler, conserver dans la mémoire
9. διαβοώμεναι τῷ θειοτάτῳ τῆς ἱστορίας στόματι. • δια·βοάω-ῶ publier, colporter (cf. βοή cri, βοάω-ῶ crier) • θεῖος divin ≠ θεός dieu • τὸ στόμα la bouche
10. Καλὸν δ´, οἶμαι, τοῖς εὖ φρονοῦσι • τοῖς φρονοῦσι : participe substantivé. Εὖ φρονέω-ῶ avoir un bon jugement
11. θνητῶν πόνων ἀντικαταλλάξασθαι τὴν ἀθάνατον εὐφημίαν. • ὁ πόνος la peine, cf. πενία (πονέω-ῶ avoir du mal) • ἀντι·κατ·αλλάξασθαι échanger qch (acc.) en échange de qch (gén.), infinitif aoriste de ἀντι·κατ·αλλάσσομαι (att. ττ) • ἡ εὐφημία : cf. εὐφημέω-ῶ, φημι

Tous les hommes, en raison de la faiblesse de leur nature, vivent une très petite partie de l’ensemble de l’éternité, mais sont morts pour tout le temps qui suit; et pour eux qui au cours de leur vie n’ont rien fait de mémorable, en même temps que la mort de leur corps meurent aussi tout ce qui par ailleurs a fait partie de leur vie, tandis que pour ceux qui par leur valeur ont acquis la gloire, leurs actions sont pour l’éternité tout entière conservées dans la mémoire, proclamées par la bouche très-divine de l’histoire. Il est beau, je pense, que ceux qui ont un jugement sensé échangent leurs peines mortelles contre une louange immortelle.

Suite du texte et traduction de Ferdinand Hoefer, savant éclectique du XIXe siècle :

Ἡρακλῆς μὲν γὰρ ὁμολογεῖται πάντα τὸν γενόμενον αὐτῷ κατ´ ἀνθρώπους χρόνον ὑπομεῖναι μεγάλους καὶ συνεχεῖς πόνους καὶ κινδύνους ἑκουσίως, ἵνα τὸ γένος τῶν ἀνθρώπων εὐεργετήσας τύχῃ τῆς ἀθανασίας· τῶν δὲ ἄλλων ἀγαθῶν ἀνδρῶν οἱ μὲν ἡρωικῶν, οἱ δὲ ἰσοθέων τιμῶν ἔτυχον, πάντες δὲ μεγάλων ἐπαίνων ἠξιώθησαν, τὰς ἀρετὰς αὐτῶν τῆς ἱστορίας ἀπαθανατιζούσης. Tὰ μὲν γὰρ ἄλλα μνημεῖα διαμένει χρόνον ὀλίγον, ὑπὸ πολλῶν ἀναιρούμενα περιστάσεων, ἡ δὲ τῆς ἱστορίας δύναμις ἐπὶ πᾶσαν τὴν οἰκουμένην διήκουσα τὸν πάντα τἄλλα λυμαινόμενον χρόνον ἔχει φύλακα τῆς αἰωνίου παραδόσεως τοῖς ἐπιγινομένοις. Hercule a obtenu l’immortalité par ses pénibles travaux entrepris au profit du genre humain. Parmi les hommes de bien, les uns ont été mis au rang des héros, les autres ont reçu les honneurs divins ; tous ont été célébrés par l’histoire, perpétuant leur mémoire selon le mérite de chacun. Tandis que les autres événements deviennent la proie du temps, l’histoire enchaîne, par sa toute-puissance, le temps, qui use tant de choses, et le force en quelque sorte à transmettre ses témoignages à la postérité.