S’exprimer correctement et clairement

Commencer par observer quelques erreurs ou maladresses courantes, à éviter désormais :
• Expressions avec « on » : « On peut remarquer que », « on voit »…
• Autres expressions avec « on » : « on est dans », « on est sur »…
• Le « métalangage », c’est-à-dire les expressions renvoyant à soi-même dans l’action de parler. « Nous allons nous demander si… », « nous verrons… »
• Les expressions impersonnelles inutiles : « Il a été révélé une situation… »
• L’emploi du futur proche avec le verbe aller : « l’auteur va décrire… », « ce personnage va répondre… »
• Les modalisateurs, lorsqu’il sont inutiles : « un peu », « il semble que ». « Cette situation est assez terrible ».
• Les lourdeurs comme « posons-nous la question de savoir »… Pire : « posons-nous la question de pourquoi… »
• Le mariage impossible d’une conjonction et d’un adverbe interrogatif : « Je m’interroge sur comment ».
• Des horreurs comme « au jour d’aujourd’hui », « il laisse sous-entendre que », ou encore « cette solution est moins pire », plaisanterie qui a fini par entrer dans l’usage.

Faire les exercices suivants de manière progressive, en veillant à bien assimiler les réponses : récapituler ses erreurs à la fin de chaque séance, et revoir les pièges en vue de la séance suivante.

SÉANCE 1

Vocabulaire

Trouver le(s) mot(s) impropre(s) et imprécis et proposer dans chaque cas une solution de remplacement.
Solutions

• Il convient de bien visualiser la situation.
• Ces différentes notions ne sont pas compliquées à différencier.
• Cet objectif est inatteignable.
• La dégradation de l’environnement peut durablement impacter la société.
• L’écrivain n’a pas voulu finaliser son travail.
• Nous avons débuté la réunion vers quinze heures.
• L’artiste a voulu au moyen de ce tableau communiquer son ressenti.
• Le but de l’autobiographe est de témoigner de son vécu.
• Ne soyez pas « omnibulés » par ce problème.
• Il a juste l’intention d’égarer son lecteur.
• La pédagogie est basée sur la répétition.

La chasse aux mots passe-partout

Trouver le mot passe-partout, et substituez-lui un mot ou une tournure préférables.
Solutions

• Nous avons été témoins d’une chose incroyable.
• Vous avez vécu une chose inoubliable.
• La chose dont vous me parlez mérite en effet toute notre attention.
• Il ne peut pas aller au spectacle.
• Ce projet ne va pas sans difficulté.
• Le rythme des réformes va trop vite.
• La construction de ce bâtiment passe par le respect des normes en vigueur.
• L’écriture de ce roman est liée à l’expérience de la guerre.
• Le héros va avoir des problèmes.
• Il a toujours eu du courage.
• Le héros a un sérieux handicap.
• Ulysse a eu l’air de se décourager, mais il a eu finalement du succès.
• Il a du mal à prendre une décision.
• Il n’a pas eu la bonne réaction.
• Nous avons la crainte de le rencontrer.
• Vous aviez l’espoir de l’éviter.

La chasse aux « on » et aux « nous »

Supprimer les « on » et les « nous », et reformuler.
Solutions

• La vérité ne dépend pas de la perception sensible. On peut remarquer qu’un aveugle peut être plus lucide que les hommes qui voient.
• On a un texte à visée argumentative.

SÉANCE 2

Vocabulaire

Trouver le(s) mot(s) impropre(s) et imprécis et proposer dans chaque cas une solution de remplacement.
Solutions

• Cette question nous emmène à la suivante.
• Ce récit nous emmène à nous interroger sur les soi-disant vertus de la guerre.
• Veuillez amener votre matériel.
• Le XVIe siècle est synonyme de renouveau.
• Dans le roman éponyme de Balzac, Eugénie Grandet souffre de l’avarice de son père.
• La peine de mort est dénoncée par Victor Hugo.
• Peux-tu me redonner le livre que tu m’as emprunté ?
• Il n’a pas réussi à se positionner quant au pouvoir.
• Ce comportement citoyen est tout à ton honneur.
• Dans « Griselidis », Perrault fait la narration d’une histoire d’amour.
• Les efforts de l’orateur sont inutiles, car son public désintéressé préfère d’autres sujets.
La Religieuse de Diderot concerne la question poignante de la liberté des femmes.
• J’assume que le système doit être réformé.
• J’assume de réformer le système.
• Malgré le vif débat qu’il a provoqué, l’auteur assume.
• Nous devons solutionner ce problème.
• Il a explicité sa pensée.
• Le président a initié ce projet.

La chasse aux « on » et aux « nous »

Supprimer les « on » et les « nous », et reformuler.
Solutions

• On est dans une problématique classique.
• On est sur une excellente nouvelle, on ne pouvait pas désirer mieux !
• On retombe alors sur la critique que fait Érasme du purisme cicéronien.
• On peut remarquer une prédominance de l’imparfait dans ce texte.

Rédiger une introduction claire et efficace : par quoi commencer ?

Beaucoup de sujets sont constitués d’une citation ; il convient de l’introduire en la situant dans son contexte. Relever les erreurs et maladresses, et proposer dans chaque cas une solution.
Solutions

• Dans cet extrait du Discours de la servitude volontaire, La Boétie nous expose son point de vue sur la soumission des peuples.
• Dans l’Utopie de Thomas More, celui-ci décrit une république imaginaire.
• Dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert, l’auteur tourne en dérision la bêtise des bourgeois.
• Dans sa lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, Rabelais développe sa conception de l’éducation.

SÉANCE 3

La chasse aux mots passe-partout

Trouver le mot passe-partout, et substituez-lui un mot ou une tournure préférables.
Solutions

• Ce discours a une tonalité pathétique.
• Nous sommes de Montpellier.
• Ils ont été à Istanboul.
• Je suis dans la perplexité.
• On est aujourd’hui dans un monde globalisé.
• Nous sommes dans la nécessité d’agir.

Reformuler en allégeant : « Sartre a une certaine vision de la liberté, qu’il pose dans L’Être et le néant et dans Le Mur. »

Les mots utiles pour analyser une citation ou un document

Solutions

Reformuler les phrases suivantes :
• Il développe que les enfants sont mal éduqués.
• Il argumente que les sages sont différents des fous.
• Il énonce que l’art est favorisé par le pouvoir.
• Il évoque à son fils qu’il doit secourir ses amis.

Corriger cette analyse d’un sujet, et la reformuler :
• Dans Le Troisième Homme, un film de Carol Reed, le personnage de Harry Lime tient cette réflexion : « L’Italie durant trente a connu les Borgia, la guerre civile, la terreur… Cela a produit Michel-Ange, Leonard de Vinci et la Renaissance. La Suisse a pratiqué la fraternité et la démocratie pendant cinq cents ans, et elle a inventé une pendule qui fait « coucou ». » Ainsi, dans cette citation, l’auteur expose son point de vue quant au pouvoir. La soumission, la domination et la terreur apportée par celles-ci incitent la créativité intellectuelle de l’homme à travers laquelle ce dernier s’épanouit. En outre, la domination rend un pays plus fort car elle permet à la population consciente de réagir et d’adopter des stratégies meilleures.

SÉANCE 4

Chasse aux mots inadéquats

Solutions

Trouver le(s) mot(s) impropre(s) et proposer une solution (mot différent, reformulation).
• Ce démagogue a été démystifié.
• Cette question m’interpelle. Cette question m’interroge.
• Son comportement est problématique.
• Les températures sont froides pour la saison.
• Malgré les soldes, les prix sont restés trop chers.
• Les gens restent optimistes, mais sont inquiets en termes de résultats constatables..
• Cela fait maintenant plus de trois mois que David Hallyday se mue dans le silence. (Gala)
• Benjamin P*** a posté une autre photo. En commentaires, Rachel Legrain-Trapani commente en le félicitant, et hérite d’une réponse plutôt équivoque : « Chérie », accompagné d’un smiley « bisou ». (orange.fr)
• « C’était très bizarre, on a retenu notre souffle, on s’est tous regardés avec une montée de notre rythme cardiaque » a détaillé la journaliste. (orange.fr)

Lourdeurs

Solutions

Dans cette scène de film (Yvan Attal, Le Brio), pourquoi la phrase de l’étudiante est-elle lourde ? La solution proposée par le professeur est-elle parfaite ?
Le professeur (Pierre Mazard, Daniel Auteuil). – Imaginons que je sois partisan de la peine de mort. Que me répondez-vous ?
L’étudiante (Neïla Salah, Camélia Jordana). – La peine de mort a été abolie dans un souci d’humanisation de la justice de France.
Le professeur. – C’est dingue, on dirait un chauffeur Uber. Cette manie de faire des phrases longues et alambiquées avec des adjectifs dans tous les sens ! Il faut être efficace, rapide et naturel. Vous êtes pour la peine de mort, vous êtes donc du côté de la mort, moi du côté de la vie.

Introduire son propos

Solutions

Critiquer et améliorer :
« Dans ce texte, il y a le problème de la dispersion des activités dans la société. À partir de là, on peut se demander : la société est-elle cause de dispersion ? »

→ Les mots dont nous avons besoin :
https://www.anagnosis.org/motspourledire

Pour décrire la pensée de quelqu’un, il nous faut :
• les noms adéquats : pensée, réflexion, jugement, opinion, point de vue, conception
• des verbes idoines : formuler, exprimer, développer… « Montrer » et « exposer » sont souvent maladroits : « il nous expose l’histoire d’un homme… »
• les prépositions adaptées : éviter « quant à » (s’interroger quant à…) et préférer « sur », plus correct et plus simple.

Pléonasmes

Solutions

Trouver le pléonasme, et simplifier l’expression. Observer d’autres éventuelles erreurs.
• Au jour d’aujourd’hui, nous sommes plus pessimistes qu’hier.
• Car en effet, nous n’avons pour seule perspective que le chômage.
• La Fontaine ne formule pas seulement qu’une morale.
• Cette tribune peut influencer, voire même manipuler l’opinion.
• Il s’est approché trop près de la voiture.
• Un bon citoyen agit dans le sens de l’intérêt général, voire même en sacrifiant le sien.

SÉANCE 5

Chasse aux mots passe-partout (et des erreurs éventuelles)

Solutions

Trouver le mot passe-partout, et lui substituer un mot ou une tournure préférables.
• Il y a longtemps qu’il ne l’a pas vue.
• Cela fait longtemps qu’il n’est pas venu me voir.
• Ce cadre a fait une lourde erreur.
• La liste n’est toujours pas faite.
• Cette proposition fait sens.
• Rachel *** serait en couple avec un joueur de l’Équipe de France, chose qu’elle ne semble plus vouloir cacher. (orange.fr)
• Il y a des gens qui préfèrent ne pas voter.
• Il m’a fait un procès.
• Ce ministre a fait l’ENA.
• Nous avons fait le Maroc cet été.
• Il y a de nombreuses raisons d’accepter cette proposition.
• Cette initiative fait polémique.
• Une femme s’est faite agresser publiquement.
• Au Moyen Âge, la religion était utilisée pour faire des guerres saintes.

Pléonasmes et redondances

Solutions

• Les travaux ont pris du retard, mais néanmoins ils seront achevés à temps.
• Les artistes étaient recherchés par la nouvelle bourgeoisie naissante.
• C’est de cela dont il s’agit.
• C’est bien de ce sujet dont nous parlons.
• C’est de cette liberté et de cette démocratie dont les Grecs pouvaient jouir.
• François Ier fait agrandir le château de Fontainebleau où il y fait peindre la fresque du Rosso Fiorentino.
• Il n’y a pas d’autre alternative.
• Cette solution n’est pas une panacée universelle.
• Le protagoniste principal de ce roman est Jean Valjean.

Poser un problème

Solutions

Simplifier et clarifier…
Problématique proposée à partir de la citation extraite du film de Carol Reed : « On peut se demander si un contexte de domination est vraiment le plus propice pour permettre à l’homme de révéler pleinement sa créativité. »
• Ainsi est-il légitime de se demander si la soumission est utile.
• Il s’interroge sur comment obtenir ce résultat.
• On peut donc poser le problème de comment échapper à ce danger.
• Il se pose la question de qu’est-ce qu’une œuvre.
• Il se pose la question de savoir comment faire.
• Dans son récit, Ulysse nous fait part de comment il a réussi à survivre.
• La citation conduit à se demander pourquoi les conquistadors partent-ils à l’aventure.
• Pourquoi la nouveauté a besoin de la tradition ?
• Nous pouvons nous demander dans quelles mesures ces textes éclairent la dynamique de l’humanisme ?
• Aussi, on peut se demander dans quelle mesure la tyrannie favorise la création ?
• Cette réflexion nous amène à nous demander si la création n’est-elle pas d’autant plus prolifique qu’elle s’inscrit dans un contexte de tyrannie ?

SÉANCE 6

Analyse et reformulation d’une introduction

Solution

« L’aventure peut, selon Vladimir Jankélévitch, se retrouver sous diverses formes, et notamment à travers le récit, qu’il inscrit dans l’aventure esthétique. Il semble alors possible de vivre l’aventure à travers une narration, et le romancier Jean Echenoz écrit, à propos de Stevenson : « Tout est organisé, dans une grande élégance, pour évincer l’image, snober la représentation, ce qui la fait revenir encore plus clairement dans nos géographies. » Ainsi, l’auteur semble donc assimiler l’aventure à « cette vive lumière mystérieuse » qui, par une description minime, fait ressortir plus éclatant le réel, en se ramenant « dans nos géographies ». L’aventure est alors mystérieuse par essence et doit nécessairement s’inscrire dans le réel, en le faisant ressortir de plus belle par le biais d’une absence critique de description.
Mais un problème se pose alors, l’aventure est-elle réellement liée intrinsèquement au réel, le faisant ressortir du mystère ?

2e introduction

Solution

« Dans une réflexion à propos de l’aventure, Jean-Paul Sartre commence tout d’abord par définir ce qu’est l’aventure. Selon lui, « L’aventure est un existant dont la nature est de n’apparaître qu’au passé à travers le récit qu’on en fait. » Il pense ainsi que l’aventure est une notion concrète et réelle. Mais dont le seul intérêt est d’être racontée.
Il faut donc se demander si l’aventure a comme seul intérêt la description que l’on en fait et non l’expérience que l’on vit au moment où elle se passe. Autrement dit, l’aventure n’a-t-elle de place qu’au passé dans les récits ? Ou bien, l’aventure apparaît-elle aussi au présent ou dans le futur ? »

SÉANCE 7

Mots passe-partout

Trouver le mot passe-partout, et substituez-lui un mot ou une tournure préférables.
Solutions

• C’est un spectacle d’exception.
• Soi-disant, il n’aurait pas volé cette montre.
• Cette soi-disant nouvelle est une fake news.
• Nous sommes en capacité de la réfuter.
• Nous avons l’espoir de progresser rapidement.
• Cette proposition ne fait pas sens : elle ne veut rien dire.
• Cette situation vous dit-elle quelque chose ?
• Je n’ai pas dit ce que j’en pensais.
• Il y a des situations qui posent problème.

Erreurs de construction

Diagnostiquer les problèmes et reformuler les phrases.
Solutions

• L’aventure possède un commencement mais pas de fin, l’opposant donc à toute idée de fermeture.
• Marlow raconte son histoire rétrospectivement, après avoir été vécue.
• L’ambiguïté du personnage est évidente, au point de le percevoir sous un jour différent.
• Encouragés par cette inspiration, c’est la Muse qui permet aux aèdes de composer leurs poèmes.
• D*** et O*** S*** étaient partis faire une randonnée avec leur fils E***. Victimes de la chaleur, seul le petit garçon a survécu. » (BFMTV)
• La recherche du savoir se fait pour le paraître et être bien vu en société.
• Il quittera la ville quand il le souhaitera ou qu’on le lui demandera.
• D’un idéal pour tous, il s’est avéré que seules les hautes classes avaient accès à l’éducation.
• Selon Closer, les deux tourtereaux s’échangent des petits mots doux sur Instagram, en citant même des exemples précis. » (Orange)

Articuler une annonce du plan

Corriger les lourdeurs, de manière à parvenir à une formulation lisible, claire et logique.
Solutions (à venir)

• L’aventure est en effet ancrée dans le réel humain, cependant elle peut également apparaître comme une parenthèse hors de la réalité de la vie humaine et enfin l’aventure est aussi l’attirance d’extrêmes impossibles inscrits toutefois dans le réel.

• En effet, l’aventure a pour nature d’être racontée. Cependant l’aventure a aussi d’autres intérêts. Mais en fait, l’aventure est subie. C’est-à-dire que l’aventure se vit involontairement au présent et non passé.

• Dans un premier temps, nous montrerons que la vérité dans ses fondements ne dépend pas de la perception sensible. Dans un second temps, nous verrons que la science a besoin de celle-ci. Dans un troisième temps, nous montrerons que le bon usage des données sensibles dépend de la méthode scientifique.

SÉANCE 8

Erreurs de construction

Diagnostiquer les problèmes et reformuler les phrases.
Solutions (à venir)

• Les universités se sont vu distancer à la Renaissance. Ces enseignements étant concurrencés par le développement des collèges.
• C’est pourquoi l’enseignement se faisait en latin et qu’il était mieux vu d’écrire dans cette langue.
• L’idée d’une supériorité de l’homme se fonde sur l’idée que le langage lui est propre. Ou encore par le fait que le mot « humanisme » se réfère surtout au langage.
• Le narrateur peut annoncer la suite de l’histoire. Alors que si celle-ci est imprévisible, il peut avouer son ignorance.
• À la Renaissance, un vent de liberté souffle sur la culture européenne. Même s’il est vrai que le pouvoir du roi s’impose aussi dans ce domaine.
• L’influence de Pétrarque est considérable à la Renaissance. Et Ronsard s’inspire de son Canzoniere pour composer ses Amours. Mais c’est aussi le cas de Du Bellay.
• Usbek a quitté la Perse par désir d’acquérir des connaissances, mais aussi car il s’est fait de nombreux ennemis à Ispahan.
• S’il préfère partir, c’est car il a reçu une lettre.
• Montesquieu n’est un démocrate : effectivement, il est favorable à une monarchie tempérée.
• Également, Montesquieu est un libéral.
• Aussi, il écrit son roman pour illustrer les vertus d’une monarchie libérale.
• Ainsi sont-ils venus plus tôt que prévu.

Syntaxe : articulation entre les mots et les groupes de mots dans une phrase

Diagnostiquer les problèmes et reformuler les phrases.
Solutions (à venir)

• La servitude est entretenue par l’aveuglement, l’absence de réflexion.
• L’aspect physique, le comportement, prend une place importante dans la société.
• Ces projets de constructions, de monuments sont un moyen de révéler la puissance du roi.
• Architectes, peintres étaient recherchés par la bourgeoisie naissante.
• Ajoutons l’importance dans l’entourage du roi de manières, de politesse et une certaine élégance.
• L’éducation au prince souffre de lacunes évidentes.

Bon usage des majuscules

On abuse souvent des majuscules. Dans quelles phrases l’emploi de la majuscule est-il justifié ? Corriger les autres erreurs et maladresses.
Solutions (à venir)

• Au XXe siècle, l’Homme a fait des guerres terribles.
• Ulysse est un Homme très ingénieux, mais son comportement est parfois problématique.
• Ulysse est somptueusement reçu par son Hôte. C’est pourquoi il lui fait le récit de son Histoire.
• Au cours de leur Histoire, les Européens se sont souvent divisés.
• Cet Homme a lu Les Fleurs du Mal et Les Petits Poèmes en prose.

Articuler une annonce du plan

Corriger les lourdeurs, de manière à parvenir à une formulation lisible, claire et logique.
Solutions (à venir)

• Nous verrons d’abord dans quelle mesure le contexte de domination est propice à la création artistique avant de se demander si la démocratie se caractérise par l’absence totale de création. On remarquera finalement que l’on ne peut se cantonner aux exemples de production culturelle afin de conclure du bien-fondé d’un régime sur un autre.

• Tout d’abord, nous verrons que les contraintes de la domination peuvent stimuler l’homme dans son ingéniosité. Cependant, nous verrons que cette charge pesant sur l’homme peut l’empêcher de donner toute la mesure de sa créativité. Enfin, nous verrons que la liberté accordée à l’homme permet de développer son épanouissement créatif.

• Nous verrons tout d’abord qu’effectivement une soumission à quelqu’un ou à ses sentiments permet de s’interroger et de modifier son attitude jusqu’à agir différemment qu’à l’ordinaire. Puis nous nous interrogerons sur le fait qu’une société paisible puisse conduire au même résultat. Enfin nous étudierons si la soumission n’est finalement pas une entrave à la réflexion et à l’expression à partir d’un certain point.


SOLUTIONS

SÉANCE 1

Vocabulaire

• Il convient de bien visualiser la situation.
→ voir, prendre conscience de, analyser, comprendre… Il faut être précis..
• La dégradation de l’environnement peut durablement impacter la société.
→ affecter
• L’écrivain n’a pas voulu finaliser son travail.
→ achever, terminer, mettre un terme à
• Nous avons débuté la réunion plus tôt que prévu.
→ commencé. On peut dire en revanche : la réunion a débuté (ou commencé) plus tôt que prévu.
• L’artiste a voulu au moyen de ce tableau communiquer son ressenti.
→ faire partager (non « partager » seul) son point de vue (ou sentiment)
• Le but de l’autobiographe est de témoigner de son vécu.
→ raconter son histoire, faire partager (non « partager » seul) son expérience.
• Ne soyez pas « omnibulés » par ce problème.
→ obnubilés (étymologiquement : « couverts d’un nuage », latin nubes). Ni « omnibulé », ni « omnubilé », ni « obnibulé » !
• Il a juste l’intention d’égarer son lecteur.
→ seulement
• La pédagogie est basée sur la répétition.
→ fondée
• Ces différentes notions ne sont pas compliquées à différencier.
→ difficiles (compliqué = composé d’éléments nombreux)
• Cet objectif est inatteignable.
→ inaccessible

La chasse aux mots passe-partout

• Nous avons été témoins d’une chose incroyable.
→ événement, accident, scène, situation…
• Vous avez vécu une chose inoubliable.
→ expérience, épreuve… Changer éventuellement la formulation : « Vous avez réalisé une performance inoubliable ». Tout plutôt que l’imprécision.
• La chose dont vous me parlez mérite en effet toute notre attention.
→ situation, problème, cas…
• Il ne peut pas aller au spectacle.
→ assister
• Ce projet ne va pas sans difficulté.
→ n’est pas sans, n’est pas dénué de. Ce projet présente des difficultés.
• Le rythme des réformes (selon certains) va trop vite.
→ est trop rapide
• La construction de ce bâtiment passe par le respect des normes en vigueur.
→ respecte, nécessité le respect…
Attention, « nécessiter » ne peut avoir pour sujet qu’une chose, non une personne : ce malade nécessite des soins → a besoin de soins.
• L’écriture de ce roman est liée à l’expérience de la guerre.
→ s’inspire de, a pour sujet, s’inscrit dans le contexte de…
• Le héros va avoir des problèmes.
→ rencontrer
• Il a toujours eu du courage.
→ fait preuve de
• Le héros a un sérieux handicap.
→ souffre d’
• Ulysse a eu l’air de se décourager, mais il a eu finalement du succès.
→ a paru, a remporté
• Il a du mal à prendre une décision.
→ éprouve des difficultés à
• Il n’a pas eu la bonne réaction.
→ Il n’a pas réagi convenablement
• Nous avons la crainte de le rencontrer.
→ Nous craignons
• Vous aviez l’espoir de l’éviter.
→ Vous espériez

Chasse aux « on » et aux « nous »

• « La vérité ne dépend pas de la perception sensible. On peut remarquer qu’un aveugle peut être plus lucide que les hommes qui voient. »
N.B. : 1. « On peut remarquer » est inutile, ne signifiant rien de concret, et « on » ne désigne personne. 2. Cette expression remplace un connecteur logique (« en effet ») qui serait à la fois plus clair et plus léger.
On a un texte à visée argumentative.
→ La visée de ce texte est argumentative, ce texte développe un discours argumentatif.

SÉANCE 2

Vocabulaire

• Cette question nous emmène à la suivante. Confusion entre « emmener » et « amener » (attention à l’orthorgaphe)
→ amène
• Ce récit nous emmène à nous interroger sur les soi-disant vertus de la guerre.
→ « amène », et « prétendues » (« soi-disant » est préférable pour désigner une personne, seule apte à « se dire » ceci ou cela).
• Veuillez amener votre matériel. Amener, c’est mener : une personne, une voiture…
→ apporter
• Le XVIe siècle est synonyme de renouveau. « Synonyme » : mot de même sens.
→ par exemple : Le XVIe siècle se distingue par / connaît un renouveau culturel.
• Dans le roman éponyme de Balzac, Eugénie Grandet souffre de l’avarice de son père. Éponyme signifie « qui donne son nom à » (ex. « l’héroïne éponyme du roman de Balzac »).
→ « l’héroïne » suffit (ou « la protagoniste »). Inexact également : « dans Eugénie Grandet, l’héroïne éponyme subit l’avarice de son père. »
• La peine de mort est dénoncée par Victor Hugo. Dénoncer = critiquer ET faire connaître (ex. « dénoncer un crime »). Victor Hugo n’a pas appris à ses contemporains que la peine de mort existait.
→ blâmée, condamnée
• Peux-tu me redonner le livre que tu m’as emprunté ? Redonner = donner de nouveau.
→ rendre
• Il n’a pas réussi à se positionner quant au pouvoir. Se positionner : tic de langage, cliché.
→ se prononcer, prendre parti, prendre position… « Quant à » (attention à l’orthographe !) sert essentiellement à formuler une transition. « Quant à lui, il préféra s’effacer. » → au sujet de, à propos de…
• Ce comportement citoyen est tout à ton honneur.
Même si le TLF donne un exemple de Balzac (« Vous avez une âme vraiment citoyenne »), « citoyen », qui est d’abord un nom, est trop souvent employé à la place des adjectifs « civique », « responsable », « généreux », etc.
• Dans « Griselidis », Perrault fait la narration d’une histoire d’amour.
Le mot « narration » désigne la structure d’un récit, l’action de raconter, ou un récit particulièrement détaillé (TLF).
→ « récit » est plus naturel dans cet emploi. S’exprimer naturellement, employer des mots clairs et (autant que possible) simples.
• L’orateur parle en vain, car son public désintéressé préfère d’autres sujets. Désintéressé : qui agit sans but lucratif (TLF)
→ indifférent
La Religieuse de Diderot concerne la question poignante de la liberté des femmes. « Poignant » (= « qui suscite une émotion vive ») est confondu avec « prégnant » (« qui s’impose avec force »).
→ prégnant, essentiel, central…
• J’assume que le changement est nécessaire. Le complément d’objet du verbe « assumer » doit être un nom.
→ J’assume l’idée que, ou plus simplement : j’admets…
• J’assume de changer cette situation.
→ la nécessité, le devoir de…
• Malgré le vif débat qu’il a provoqué, l’auteur assume.
→ assume ses paroles, sa responsabilité, confirme son opinion, ne regrette rien…
Tournure répandue et creuse : « J’assume ». « Ce verbe « assumer » est une sorte de chiffon commode et un drapeau de respectabilité. Il permet d’effacer ses fautes, tout en se donnant le beau le rôle. Ce mot est devenu une véritable ardoise magique… » (Nicolas Domenach)
• Nous devons solutionner ce problème.
→ « résoudre », plus naturel.
• Après les généralités, il a explicité sa pensée. Expliciter : « énoncer clairement »
→ souvent mis pour « précisé ».
• Le président a initié ce projet. Initier : « Révéler (à quelqu’un) les secrets, la connaissance de quelque chose de caché ou d’un savoir ésotérique » (TLF).
→ pris l’initiative de, lancé…

Chasse aux « on » et aux « nous »

On est dans une problématique classique.
→ Il s’agit d’une problématique classique.
On est sur une excellente nouvelle, on ne pouvait pas désirer mieux !
→ C’est une excellente nouvelle, qui ne pouvait tomber mieux / qui comble tous nos désirs.
On peut remarquer une prédominance de l’imparfait dans ce texte.
→ L’imparfait prédomine dans ce texte. / Une prédominance de l’imparfait est notable dans ce texte.
On retombe sur la critique du purisme cicéronien.
→ Cet argument fait écho à la critique…

Rédiger une introduction claire et efficace : par quoi commencer ?

• Dans cet extrait du Discours de la servitude volontaire, La Boétie nous expose son étonnement sur la soumission des peuples.
→ Dans le Discours de la servitude volontaire, La Boétie exprime son étonnement sur la soumission des peuples. Écarter impitoyablement les mots inutiles !
• Dans l’Utopie de Thomas More, celui-ci décrit une république imaginaire.
→ Dans l’Utopie, Thomas More décrit une république imaginaire.
• Dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert, l’auteur tourne en dérision la bêtise des bourgeois.
→ Dans Bouvard et Pécuchet, Flaubert tourne en dérision la bêtise des bourgeois.
• Dans sa lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, Rabelais développe sa conception de l’éducation.
→ Dans la lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, Rabelais…

SÉANCE 3

Chasse aux mots passe-partout

• Ce discours a une tonalité pathétique.
→ La tonalité de ce discours est pathétique.
• Nous sommes de Montpellier.
→ Nous venons de Montpellier. Nous vivons à Montpellier.
• Ils ont été à Istanboul.
→ Ils ont visité Istanboul. Ils sont allés à Istanboul.
• Je suis dans la perplexité.
→ Je suis perplexe.
• On est aujourd’hui dans un monde globalisé.
→ Aujourd’hui le monde (mieux, préciser : les échanges, l’économie, la culture…) se globalise.
• Nous sommes dans la nécessité d’agir.
→ Nous sommes contraints de passer à l’action.

• Sartre a une certaine vision de la liberté, qu’il pose dans L’Être et le néant et dans Le Mur. → Sartre propose/développe une certaine vision de la liberté, par exemple dans L’Être et le néant ou dans Le Mur.

Les mots utiles pour analyser une citation ou un document

• Il développe que les enfants sont mal éduqués. → Il développe, il étaie (= soutient + illustre) l’idée que… Selon lui, les enfants seraient mal éduqués… etc.
• Il argumente que les sages sont différents des fous. → Il soutient / il démontre / il s’efforce de démontrer que…
• Il énonce que l’art est favorisé par le pouvoir. → Il prétend / affirme que…
• Il évoque à son fils qu’il doit secourir ses amis. → Selon le contexte : il répond à son fils qu’il doit… / Devant son fils, il prétexte l’obligation de…

• Dans Le Troisième Homme, un film de Carol Reed, le personnage de Harry Lime tient cette réflexion : « L’Italie durant trente a connu les Borgia, la guerre civile, la terreur… Cela a produit Michel-Ange, Leonard de Vinci et la Renaissance. La Suisse a pratiqué la fraternité et la démocratie pendant cinq cents ans, et elle a inventé une pendule qui fait « coucou ». » Ainsi, dans cette citation, l’auteur expose son point de vue quant au pouvoir. La soumission, la domination et la terreur apportée par celles-ci incitent la créativité intellectuelle de l’homme à travers laquelle ce dernier s’épanouit. En outre, la domination rend un pays plus fort car elle permet à la population consciente de réagir et d’adopter des stratégies meilleures.

SÉANCE 4

Chasse aux mots inadéquats

• Ce démagogue a été démystifié. « Mystifier » signifie « tromper » ; donc « démystifier », c’est « détromper » (« les victimes de ce menteur ont été démystifiées »). « Démystifier » signifie aussi « dépouiller (quelque chose) de son caractère mystérieux » : « ce tour de magie a été démystifié. → Ce démagogue a été démythifié, c.-à-d. « débarrassé de ses aspects mythiques » (TLF).
• Cette question m’interpelle. Cette question m’interroge. Il faut être une personne pour « interroger » ou « interpeller ». → Cette question me surprend, me provoque…
• Son comportement est problématique. Problématique : qui attend une solution / dont on peu douter. → Ce comportement est dangereux.
• Les températures sont froides pour la saison. Une température est un nombre. → basses
• Malgré les soldes, les prix sont restés trop chers. Même observation. → élevés.
• Les gens restent optimistes, mais sont inquiets en termes de résultats constatables. Les mots les plus simples sont toujours les meilleurs. → s’inquiètent des résultats.
• Cela fait maintenant plus de trois mois que David H*** se mue dans le silence. (Gala) → se mure.
• Benjamin P*** a posté une photo. En commentaires, Rachel L***-T*** commente en le félicitant, et hérite d’une réponse plutôt équivoque : « Chérie », accompagné d’un smiley « bisou ». (orange.fr) → Rachel le félicite dans un commentaire avant de recevoir cette réponse éloquente (plutôt qu’équivoque, en l’occurrence…)
• « C’était très bizarre, on a retenu notre souffle, on s’est tous regardés avec une montée de notre rythme cardiaque » a détaillé la journaliste. (orange.fr, une mine : erreurs à chaque page !) → « Nous nous sommes regardés ; notre cœur battait plus vite », a raconté la journaliste.

Lourdeurs

L’étudiante (Neïla Salah). – La peine de mort a été abolie dans un souci d’humanisation de la justice de France. Lourdeurs : « dans un souci », et répétition de la préposition « de ». → mieux: « La peine de mort a été abolie pour humaniser la justice. » N.B. La solution du professeur, qui répète l’expression « du côté de », n’est pas irréprochable…

Introduire son propos

« Dans ce texte, il y a le problème de la dispersion des activités dans la société. À partir de là, on peut se demander : la société est-elle cause de dispersion ? » → [L’auteur] met en cause la dispersion des activités. (Cependant), la modernité la favorise-t-elle ? Al-lé-ger !

Constructions :
• Il développe que les fous sont mal éduqués. « Développer » ne peut pas se construire avec « que » (complétive). → « Il développe (ou étaye) l’idée que… » Plus léger : « il prétend… »
• Il argumente que les sages sont différents des fous. → Ses arguments accentuent la différence entre les sages et les fous.
• Il énonce que l’art est favorisé par le pouvoir. → Il affirme que le pouvoir s’appuie sur les artistes.
• Il évoque à son fils qu’il doit secourir ses amis. → Il rappelle / il apprend à son fils que…

Pléonasmes

• Au jour d’aujourd’hui, nous sommes plus pessimistes qu’hier. L’étymologie montre qu’ »aujourd’hui » est déjà un pléonasme, puisque « hui » vient de hodie « ce jour ». → Aujourd’hui…
• Car en effet, nous n’avons pour seule perspective que le chômage. 1. Non seulement « car en effet » est redondant, mais il faut aussi éviter « car » (comme « et », « ou » et « mais ») en début de phrase. 2. « Ne que seulement » : second pléonasme. → « En effet, nous avons le chômage pour seule perspective. »
• La Fontaine ne formule pas seulement qu’une morale, comme par exemple dans « Le Loup et l’agneau ». → La Fontaine ne formule pas seulement une morale, La Fontaine ne se contente pas de formuler une morale.
• Cette tribune peut influencer, voire même manipuler l’opinion. « Voire » signifie « et même ». Même si le TLF donne une exemple chez Mérimée, « voire même » est redondant. → voire
• Il s’est approché trop près de la voiture. → « Il s’est trop approché de la voiture. »

SÉANCE 5

Chasse aux mots passe-partout (et des erreurs éventuelles)

Il y a longtemps qu’il ne l’a pas vue. Lourdeur, expression passe-partout : « il y a » → Il ne l’a pas vue depuis longtemps.
Cela fait longtemps qu’il n’est pas venu me voir. → Il n’est pas venu me voir depuis longtemps.
• Cet employé a fait une lourde erreur. Mot passe-partout : verbe « faire ». → a commis
• La liste n’est toujours pas faite. → établie, dressée.
• Cette proposition fait sens. « Faire sens », calqué de l’anglais make sense, n’est pas idiomatique, et sa signification n’est pas très claire (ça ne fait pas sens !). → Cette proposition est intéressante, nous concerne, est pertinente, etc. (à préciser)
• « Rachel *** serait en couple avec un joueur de l’Équipe de France, chose qu’elle ne semble plus vouloir cacher. » (orange.fr) Mot passe-partout (« chose ») et lourdeur : « chose que ». → ce qu’elle ne semble plus vouloir cacher / et elle semble ne plus vouloir le cacher.
Il y a des gens qui préfèrent ne pas voter. → Certains préfèrent…
• Il m’a fait un procès. → Il m’a intenté un procès.
• Ce ministre a fait l’ENA. → Il est diplômé de l’ENA.
• Nous avons fait le Maroc cet été. → Nous avons visité le Maroc cet été.
Il y a de nombreuses raisons d’accepter cette proposition. → Les raisons d’accepter cette proposition sont nombreuses.
• Cette initiative fait polémique. → est discutable.
• Une femme s’est faite agresser publiquement. Une lourde maladresse (on ne « se fait » pas agresser, on l’est) et une erreur d’orthographe (accord erroné du participe passé du verbe « faire » suivi d’un infinitif) → Une femme a subi une agression.
• Au Moyen Âge, la religion était utilisée pour faire des guerres saintes. → pour justifier, pour mener… Ou, plus simple : la religion justifiait…

Pléonasmes et redondances

• Les travaux ont pris du retard, mais néanmoins ils seront achevés à temps. Double négation → mais ils seront…
• Les artistes étaient recherchés par la nouvelle bourgeoisie naissante. Nouvelle + naissante → la nouvelle bourgeoisie / la bourgeoisie naissante
• C’est de cela dont il s’agit. Le relatif « dont » (génitif) contient un « de », qui fait double emploi avec le premier. → C’est de cela qu’il s’agit.
• C’est bien de ce sujet dont nous parlons. Idem. → C’est de ce sujet que nous parlons.
• C’est de cette liberté et de cette démocratie dont les Grecs pouvaient jouir. Idem. → C’est de cette liberté […] que les Grecs pouvaient jouir.
• François Ier fait agrandir le château de Fontainebleau il y fait peindre la fresque du Rosso Fiorentino. Deux compléments de lieu, « où » et « y » → où il fait peindre.
• Il n’y a pas d’autre alternative. « Alternative » signifie « ensemble de deux solutions ». → Selon la situation : « il n’y a qu’une alternative » ou « il n’y a qu’un choix possible ».
• Cette solution n’est pas une panacée universelle. « Panacée » signifie « remède universel » → Cette solution n’est pas une panacée.
• Le protagoniste principal de ce roman est Jean Valjean. « Protagoniste » signifie « personnage principal ». → Le protagoniste principal de ce roman…

Poser un problème

• « On peut se demander si un contexte de tyrannie est vraiment le plus propice pour permettre à l’homme de révéler pleinement sa créativité. » 1. « On peut se demander » : les formulations avec « on » et « nous » sont lourdes et presque toujours inutiles. 2. Inutile de faire intervenir « l’homme » : il ne s’agit évidemment pas des animaux. Il faut donc reformuler complètement. → L’intérêt culturel d’un pouvoir fort est discutable : il n’est pas certain qu’il favorise la créativité.
Ainsi est-il légitime de se demander si la soumission est utile. 1. Contrairement à « aussi », « ainsi » n’entraîne pas l’inversion du sujet. 2. Cette formulation n’est pas fautive, mais peut être répétitive : varier. → Exemple : il est donc possible de s’interroger sur l’utilité de la soumission.
• Il s’interroge sur comment obtenir ce résultat. Une préposition (ici « sur ») ne peut pas introduire une interrogation indirecte (ici « comment, etc. »). → Il s’interroge sur les moyens d’y parvenir.
On peut donc poser le problème de comment échapper à ce danger. « On peut » lourd, et « de comment » erroné. → … se demander comment, etc. Plus simple : « Comment donc éviter cet écueil ? »
• Il se pose la question de qu’est-ce qu’une œuvre. « De qu’est-ce que » : horreur. → Il se demande ce qu’est une œuvre, il s’interroge sur la nature d’une œuvre.
• Il se pose la question de savoir comment faire. La question de savoir » : lourd. → Il se demande comment faire / Il cherche une solution.
• Dans son récit, Ulysse nous fait part de comment il a réussi à survivre. → Il raconte / explique comment…
• La citation conduit à se demander pourquoi les conquistadors partent-ils à l’aventure. L’inversion du sujet ne se pratique que dans l’interrogation directe. → Distinguer : « Les conquistadors partent-ils à l’aventure ? » / « Cette réflexion conduit à se demander pourquoi les conquistadors partent à l’aventure. » (sans point d’interrogation)
• Pourquoi la nouveauté a besoin de la tradition ? L’interrogation directe exige la répétition du sujet sous forme de pronom personnel. → Pourquoi la nouveauté a-t-elle besoin de la tradition ?
Nous pouvons nous demander dans quelles mesures ces textes éclairent la dynamique de l’humanisme ? 1. « Nous pouvons » : expression avec « nous », inutile et lourde. 2. Ne pas mettre l’expression « dans quelle mesure » au pluriel. 3. Point d’interrogation : erreur de ponctuation. → Dans quelle mesure ces textes éclairent-ils la dynamique de l’humanisme ?
• Aussi, on peut se demander dans quelle mesure la tyrannie favorise la création ? 1. « Aussi » entraîne l’inversion du sujet. 2. « On peut » : lourd et inutile. 3. Point d’interrogation fautif. → Aussi est-il permis de se demander si la tyrannie favorise la création. / Dans quelle mesure, par conséquent, la tyrannie favorise-t-elle la création ?
• Cette réflexion nous amène à nous demander si la création n’est-elle pas d’autant plus prolifique qu’elle s’inscrit dans un contexte de domination ? Interrogation indirecte, donc ni sujet inversé (-elle), ni point d’interrogation. Mais la formulation dans son ensemble est lourde : « Cette réflexion nous amène à nous demander » + interro-négative. → La création artistique est-elle plus féconde dans une tyrannie ?

SÉANCE 6

Analyse et reformulation d’une introduction

Les lourdeurs et inexactitudes sont indiquées en caractères gras. Certains mots sont inutiles ou flous, et sont parfois répétés (tics de langage) : ici, « sembler », « s’inscrire », « à travers » et « faire ressortir ». Ces mots et expressions flous obstruent la communication, rendant le texte pratiquement illisible.

L’aventure peut, selon Vladimir Jankélévitch, se retrouver sous diverses formes, et notamment à travers le récit, qu’il inscrit dans l’aventure esthétique. Il semble alors possible de vivre l’aventure à travers une narration, et le romancier Jean Echenoz écrit, à propos de Stevenson : « Tout est organisé, dans une grande élégance, pour évincer l’image, snober la représentation, ce qui la fait revenir encore plus clairement dans nos géographies. » Ainsi, l’auteur semble donc assimiler l’aventure à « cette vive lumière mystérieuse » qui, par une description minime, fait ressortir plus éclatant le réel, en se ramenant « dans nos géographies ». L’aventure est alors mystérieuse par essence et doit nécessairement s’inscrire dans le réel, en le faisant ressortir de plus belle par le biais d’uns absence critique de description.
Mais un problème se pose alors, l’aventure est-elle réellement liée intrinsèquement au réel, le faisant ressortir du mystère ?
L’aventure, selon Jankélévitch, est diverse. Une de ses formes est l’aventure esthétique, celle qui se vit passivement, au moyen d’un récit. Cependant, la narration, romanesque ou autobiographique, jette-t-elle sur l’aventure un jour parfaitement clair ? Au sujet des romans de Stevenson, le romancier Jean Echenoz écrit : « […] ». L’expression complexe de « vive lumière mystérieuse » résume ce paradoxe : par une description minimale, le réel s’impose de manière plus éclatante que par l’abondance de détails. Mystérieuse par essence, l’aventure racontée ne reprend vie que par l’absence de descriptions.
Le récit d’aventures a-t-il donc besoin de cultiver le mystère pour mieux faire surgir l’impression d’une aventure vécue ?

2e introduction

Le texte suivant atteste non seulement une rédaction approximative, mais une lecture approximative. Les deux problèmes sont généralement liés : l’expression manque de rigueur et de clarté, et la citation n’est pas comprise.

Dans une réflexion à propos de l’aventure, Jean-Paul Sartre commence tout d’abord par définir ce qu’est l’aventure. Selon lui, « L’aventure est un existant dont la nature est de n’apparaître qu’au passé à travers le récit qu’on en fait. » Il pense ainsi que l’aventure est une notion concrète et réelle. Mais dont le seul intérêt est d’être racontée.
Il faut donc se demander si l’aventure a comme seul intérêt la description que l’on en fait et non l’expérience que l’on vit au moment où elle se passe. Autrement dit, l’aventure n’a-t-elle de place qu’au passé dans les récits ? Ou bien, l’aventure apparaît-elle aussi au présent ou dans le futur ?
Dans ses Carnets de la drôle de guerre, Jean-Paul Sartre, à l’occasion d’une permission, en 1939, consacre une brève réflexion à la notion d’aventure. Celle-ci, écrit-il, « […] ». Cette définition philosophique signifie que l’aventure n’existe qu’au passé, et qu’elle est le fruit d’une réécriture imaginaire de faits vécus. Toute aventure est donc une fiction, même lorsqu’elle prétend être un récit d’une expérience authentique.
L’idée d’aventure se réduit-elle donc à celle d’une fiction rétrospective ? Est-elle obligatoirement étrangère à la réalité de la vie, à la force du présent ou au surgissement de l’avenir ?

SÉANCE 7

Mots et expressions passe-partout

Trouver le mot passe-partout, et substituez-lui un mot ou une tournure préférables.

• C’est un spectacle d’exception. Cliché publicitaire → C’est un spectacle exceptionnel, extraordinaire.
• Cette soi-disant nouvelle est une fake news. « soi-disant » signifie « qui se dit » ; fake news : mauvais franglais. → Cette prétendue nouvelle est une rumeur.
• Nous sommes en capacité de la réfuter. Lourdeur destinée à élever (vainement…) le niveau de langue. → Nous sommes capables de la réfuter, nous avons les moyens.
• Nous avons l’espoir de progresser rapidement. Même effet recherché, et même résultat obtenu (lourdeur) → Nous espérons progresser rapidement.
• Cette proposition ne fait pas sens : elle ne veut rien dire. Anglicisme à la mode (to make sense). → Cette proposition est inutile (ou absurde).
• Cette situation vous dit-elle quelque chose ? → Cette proposition vous rappelle-t-elle un souvenir ? Vous intéresse-t-elle ? Vous semble-t-elle intéressante ?
• Je n’ai pas dit ce que j’en pensais. → Je n’ai pas exprimé mon point de vue.
Il y a des situations qui posent problème. → Certaines situations sont dangereuses / délicates / compliquées…

Fautes de construction

Diagnostiquer les problèmes et reformuler les phrases.

• L’aventure possède un commencement mais pas de fin, l’opposant donc à toute idée de fermeture. Cette construction exige qu’ « opposant » ait le même sujet que « possède ». → ce qui l’oppose…
• Marlow raconte son histoire rétrospectivement, après avoir été vécue. Autre rupture de construction (anacoluthe) : « avoir été vécue » devrait avoir pour sujet celui du verbe « raconte ». → Marlow raconte son histoire rétrospectivement, après qu’il l’a vécue. Attention, « après que » appelle l’indicatif, non le subjonctif (erreur fréquente).
• L’ambiguïté du personnage est évidente, au point le percevoir sous un jour différent. « Percevoir » devrait avoir le même sujet que le verbe principal (« est »). &rarr au point / si bien que nous le percevons sous un jour différent.
Encouragés par cette inspiration, c’est la Muse qui permet aux aèdes de composer leurs poèmes. Cette construction exige qu’ « encouragés » qualifie « la muse ». → Plus simple, moins lourd : « C’est sous l’inspiration de la Muse que les aèdes composent leurs poèmes. »
• D*** et O*** S*** étaient partis faire une randonnée avec leur fils E***. Victimes de la chaleur, seul le petit garçon a survécu. » (BFMTV) Cette construction exige que « victimes », en fonction d’apposition, désigne « le petit garçon ». → Alors que ses parents ont succombé à la chaleur, seul le petit garçon a survécu.
• La recherche du savoir se fait pour le paraître et être bien vu en société. Une coordination relie des éléments de même nature. Or, « le paraître » est un infinitif employé comme nom, donc un substantif, tandis qu’ »être » est un infinitif, donc encore un verbe. → pour le paraître, et pour être bien vu en société.
• Il quittera la ville quand il le souhaitera ou qu’on le lui demandera. Il s’agit ici de l’emploi « vicariant » de la conjonction « que » ; mais ce « que » vicariant ne peut reprendre qu’une conjonction comprenant elle-même le mot « que » : parce que, quoique, bien que, alors que, etc. → quand il le souhaitera ou quand on le lui demandera.
D’un idéal pour tous, il s’est avéré que seules les hautes classes avaient accès à l’éducation. C’est un exemple de complément en l’air, d’un complément de rien. De quoi peut dépendre grammaticalement cette expression ? → Malgré l’idéal d’une éducation pour tous, il s’est avéré que…
• Selon Closer, les deux tourtereaux s’échangent des petits mots doux sur Instagram, en citant même des exemples précis. » (orange.fr) C’est Closer qui cite des exemples précis, non les deux tourtereaux. → et le tabloïde cite même…

Articuler une annonce du plan

Corriger les lourdeurs afin de parvenir à une formulation lisible, claire et logique..

• L’aventure est en effet ancrée dans le réel humain, cependant elle peut également apparaître comme une parenthèse hors de la réalité de la vie humaine et enfin l’aventure est aussi l’attirance d’extrêmes impossibles inscrits toutefois dans le réel.

• En effet, l’aventure a pour nature d’être racontée. Cependant l’aventure a aussi d’autres intérêts. Mais en fait, l’aventure est subie. C’est-à-dire que l’aventure se vit involontairement au présent et non passé.

• « Dans un premier temps, nous montrerons que la vérité dans ses fondements ne dépend pas de la perception sensible. Dans un second temps, nous verrons que la science a besoin de celle-ci. Dans un troisième temps, nous montrerons que le bon usage des données sensibles dépend de la méthode scientifique. » → Certes, la vérité dans ses fondements ne dépend pas de la perception sensible. Cependant / toutefois / néanmoins, la science a besoin de celle-ci, même si le bon usage des données sensibles dépend de la méthode scientifique.

SÉANCE 8

Fautes de construction

Diagnostiquer les problèmes et reformuler les phrases.

• Les universités se sont vu distancer à la Renaissance. Ces enseignements étant concurrencés par le développement des collèges.
• C’est pourquoi l’enseignement se faisait en latin et qu’il était mieux vu d’écrire dans cette langue.
• L’idée d’une supériorité de l’homme se fonde sur l’idée que le langage lui est propre. Ou encore par le fait que le mot « humanisme » se réfère surtout au langage.
• Le narrateur peut annoncer la suite de l’histoire. Alors que si celle-ci est imprévisible, il peut avouer son ignorance.
• À la Renaissance, un vent de liberté souffle sur la culture européenne. Même s’il est vrai que le pouvoir du roi s’impose aussi dans ce domaine.
• L’influence de Pétrarque est considérable à la Renaissance. Et Ronsard s’inspire de son Canzoniere pour composer ses Amours. Mais c’est aussi le cas de Du Bellay.
• Usbek a quitté la Perse par désir d’acquérir des connaissances, mais aussi car il s’est fait de nombreux ennemis à Ispahan.
• S’il préfère partir, c’est car il a reçu une lettre.
• Montesquieu n’est pas un démocrate : effectivement, il est favorable à une monarchie tempérée.
• Également, Montesquieu est un libéral.
• Aussi, il écrit son roman pour illustrer les vertus d’une monarchie libérale.
• Ainsi sont-ils venus plus tôt que prévu.

Syntaxe : articulation entre les mots et les groupes de mots dans une phrase

Diagnostiquer les problèmes et reformuler les phrases.

• La servitude est entretenue par l’aveuglement, l’absence de réflexion.
• L’aspect physique, le comportement, prend une place importante dans la société.
• Ces projets de constructions, de monuments sont un moyen de révéler la puissance du roi.
• Architectes, peintres étaient recherchés par la bourgeoisie naissante.
• Ajoutons l’importance dans l’entourage du roi de manières, de politesse et une certaine élégance.
• L’éducation au prince souffre de lacunes évidentes.

Bon usage des majuscules

On abuse souvent des majuscules. Dans quelles phrases l’emploi de la majuscule est-il justifié ? Corriger les autres erreurs et maladresses.

• Au XXe siècle, l’Homme a fait des guerres terribles.
• Ulysse est un Homme très ingénieux, mais son comportement est parfois problématique.
• Ulysse est somptueusement reçu par son Hôte. C’est pourquoi il lui fait le récit de son Histoire.
• Au cours de leur Histoire, les Européens se sont souvent divisés.
• Cet Homme a lu Les Fleurs du Mal et Les Petits Poèmes en prose.

Articuler une annonce du plan

Corriger les lourdeurs, de manière à parvenir à une formulation lisible, claire et logique.
Solutions (à venir)

• Nous verrons d’abord dans quelle mesure le contexte de domination est propice à la création artistique avant de se demander si la démocratie se caractérise par l’absence totale de création. On remarquera finalement que l’on ne peut se cantonner aux exemples de production culturelle afin de conclure du bien-fondé d’un régime sur un autre.

• Tout d’abord, nous verrons que les contraintes de la domination peuvent stimuler l’homme dans son ingéniosité. Cependant, nous verrons que cette charge pesant sur l’homme peut l’empêcher de donner toute la mesure de sa créativité. Enfin, nous verrons que la liberté accordée à l’homme permet de développer son épanouissement créatif.

• Nous verrons tout d’abord qu’effectivement une soumission à quelqu’un ou à ses sentiments permet de s’interroger et de modifier son attitude jusqu’à agir différemment qu’à l’ordinaire. Puis nous nous interrogerons sur le fait qu’une société paisible puisse conduire au même résultat. Enfin nous étudierons si la soumission n’est finalement pas une entrave à la réflexion et à l’expression à partir d’un certain point.